Accéder au contenu principal

Traduction

Nouveau !

Et puis un jour...

Une véritable rencontre est de celles qui vous bouleversent et vous fait affronter vos peurs les plus profondes. Instant magique, hors du temps... Mais instant terrifiant, avant tout ! Il faut du temps pour s'en relever... Et puis, un jour...   Et puis un jour… Et puis un jour, on s’en fout De ces mots que l’on regrette, De ces silences entre nous Que l’on se jette à la tête… Et puis un jour, on échoue D’Océan en vaguelettes : On se noie dans les remous De nos peurs les plus secrètes… Et puis un jour, c’est fou ! Dans nos yeux se reflètent Ce que nos âmes s’avouent, Nous transformant en poètes… Et puis un jour ?… Je m’en fous ! - © AleXa Heinze -  Ce texte est protégé par les lois en vigueur sur la propriété intellectuelle. Merci de ne pas reproduire, représenter, transférer, distribuer ou enregistrer tout ou partie de ces éléments, sous quelque forme que ce soit, sans m'en informer au préalable. - AleXa - Sur le même thème :  En écho Eté indien Ma solitude D’autres te

Les fleurs des champs de mines (Квіти мінних зон) - Okean Elzy (Океан Ельзи) - Traduction

Composée il y a plusieurs années de cela, cette chanson d'Okean Elzy aurait dû paraitre en même temps que le nouvel album du groupe ukrainien, en avril dernier. L'actualité, hélas, en a décidé autrement... 😣 Terrible écho à la situation présente, la vidéo accompagnant ce texte a été tournée en juillet dernier. Oui, même "à l'arrière", la guerre est toujours à portée de mains...

 

Alexa Heinze - Traduction - Океан Ельзи - Квіти мінних зон - Ukraine
Photo : Stefan Keller - Pixabay


Les fleurs des champs de mines

Ils rentraient à la maison,
Pour combien de temps ? Ils l’ignoraient.
Il y avait toujours une colline à reprendre.
Ils rentraient à la maison,
S’en retournant un à un,
Mais ce vide ne te lâche pas…

Refrain :
Elle broie tes pensées
Parce qu’elle se trouve là, à portée de tes mains.
Les larmes et le béton tremblent,
Les fleurs des champs de mines fleurissent,
Elle est cette guerre qui respire…
Maman, ce n’est pas un songe !

Ne me dis pas « Je sais »,
Maman, tu ne peux même pas imaginer !
C’est comme un boa constricteur : ce vide ne te lâche pas,
Tant que la paix ne règnera pas
Sur chaque mètre de notre territoire
Et tant que toutes les collines ne seront pas reprises.

Refrain

Sur le chemin de la gare,
La fille t’attendait
Et, de son étreinte, elle parvenait à illuminer ce jour gris.
Pour combien de temps ? Nul ne le sait.
Rentreras-tu à la maison
Ou resteras-tu uniquement à jamais dans nos mémoires ?

Elle broie tes pensées
Elle est un souvenir contraire
Elle est larmes et béton
Elle est fleurs de champs de mines
Cette guerre qui respire…

Non, maman, ceci n’est pas un songe…

Auteur : © Sviatoslav Vakarchuk (Okean Elzy) / Traduction : © AleXa Heinze - 2022

Ce texte est protégé par les lois en vigueur sur la propriété intellectuelle. Merci de ne pas reproduire, représenter, transférer, distribuer ou enregistrer tout ou partie de ces éléments, sous quelque forme que ce soit, sans m'en informer au préalable. - AleXa -

 

 

Sur le même thème :

 Ce titre disponible sur les plateformes de streaming Deezer, Spotify, Apple Music.

Commentaires

Articles les plus consultés

Merci de votre attention !

Droit à la Propriété Intellectuelle

Le contenu des pages de ce blog est protégé par les lois en vigueur sur la propriété intellectuelle. Merci de ne pas reproduire, représenter, transférer, distribuer ou enregistrer tout ou partie de ces éléments, sous quelque forme que ce soit, sans m'en informer au préalable.

En revanche, vous pouvez citer mes textes en en indiquant le nom de l'auteur et en ajoutant le lien vers l'article de votre choix. Merci !
AleXa