Accéder au contenu principal

Traduction

Nouveau !

Et puis un jour...

Une véritable rencontre est de celles qui vous bouleversent et vous fait affronter vos peurs les plus profondes. Instant magique, hors du temps... Mais instant terrifiant, avant tout ! Il faut du temps pour s'en relever... Et puis, un jour...   Et puis un jour… Et puis un jour, on s’en fout De ces mots que l’on regrette, De ces silences entre nous Que l’on se jette à la tête… Et puis un jour, on échoue D’Océan en vaguelettes : On se noie dans les remous De nos peurs les plus secrètes… Et puis un jour, c’est fou ! Dans nos yeux se reflètent Ce que nos âmes s’avouent, Nous transformant en poètes… Et puis un jour ?… Je m’en fous ! - © AleXa Heinze -  Ce texte est protégé par les lois en vigueur sur la propriété intellectuelle. Merci de ne pas reproduire, représenter, transférer, distribuer ou enregistrer tout ou partie de ces éléments, sous quelque forme que ce soit, sans m'en informer au préalable. - AleXa - Sur le même thème :  En écho Eté indien Ma solitude D’autres te

Alexa Heinze : L'Ukraine et moi, c'est une vieille histoire d'amour....

Un héritage transgénérationnel ; un disque de chants traditionnels ukrainiens ; la musique d’Okean Elzy ; les chansons de Sviatoslav Vakarchuk ; la poésie de Lina Kostenko…  C’est un long chemin que celui qui m’a mené jusqu’à l’Ukraine…  Mais qu’importe le temps et la distance à parcourir du moment que ce chemin mène à soi !

En janvier 2019, j'ai donné une interview pour le magazine ukrainien "Слово" - "Slovo". La rédactrice en chef de ce magazine, Weronika Zanyk, avait en effet découvert ma passion pour l'Ukraine, pour sa culture et sa musique. Intriguée par le fait qu'une Française s'intéresse tant à son pays, elle a voulu en savoir plus à mon sujet. De notre entretien est né ce très joli portrait.

Merci à Weronika qui a su si bien cerner ma personnalité. Merci au magazine "Слово" pour cette publication. Et un grand merci aux Ukrainiens pour leur soutien indéfectible : vous me donnez la force et le courage qui me manquent parfois dans les moments difficiles.  Дякую вам за все!

 

Alexa Heinze - Ukraine - Interview


Une vieille histoire d’amour

Auteur :  Weronika Zanyk, Magazine « Slovo » n°3 (49) 2019
Traduit de l’ukrainien par Alexa Heinze (les notes sont de la traductrice)


Avez-vous déjà écouté la version française de la chanson "Два кольори " - "Deux couleurs"  ? [1] Peut-être l’avez-vous déjà entendue. Parce qu’il peut vous arriver de « tomber dessus », comme l’on dit, en naviguant au hasard sur Internet [2]. Mais si vous ne la connaissez pas encore, je vous conseille vivement de la rechercher sur le web. La chanteuse qui l’interprète réside à Beaune, une petite ville chargée d’histoire située à l’est de la France, en Bourgogne. Son interprétation est très inspirée… et le dernier couplet sonne tout à fait ukrainien. Découvrir le profil de cette artiste sur Facebook et ne pas lui envoyer une demande d’amitié aurait été par trop absurde. C’est de cette façon que j’ai fait sa connaissance. Alexa Heinze, qui est une Française de souche - sa grand-mère paternelle était Allemande, d’où son nom de famille -, n’a pas de racines ukrainiennes mais lorsqu’elle parle de notre langue, de notre pays et de notre culture, elle le fait en ces termes : « L’Ukraine et moi, c’est une vieille histoire d’amour. »

Tout à commencé dans son enfance. Chez les parents d’Alexa, parmi les nombreux vinyles, il y avait un disque de chansons traditionnelles ukrainiennes. La pochette de cet album était illustrée d’une photo d’un groupe folklorique : les filles portaient des couronnes de fleurs dans leurs cheveux et les garçons étaient vêtus de vyshyvankas. [3] Alexa se souvient que, lorsqu’elle a écouté pour la première fois ces chansons - elle avait alors 8 ans -, elle en a été bouleversée… bien qu’elle n’ait pas compris un seul mot de ce qui était dit ! Par la suite, elle n’a cessé d’écouter encore et encore ces enregistrements. Elle aimait toutes ces mélodies ainsi que les sons de cette langue inconnue. Intriguée, la petite fille a finalement demandé à sa mère : « Mais qui sont donc ces gens ? Où vivent-ils ? Et en quelle langue chantent-ils? » C’est ainsi qu’elle a entendu parler pour la première fois de l’Ukraine. Alexa voulait vraiment interpréter ces chansons. Le fait est qu’elle aime chanter depuis toujours. Sa mère dit d’ailleurs qu’Alexa chantait avant de savoir parler. Profondément émue par ces chansons traditionnelles ukrainiennes, la petite fille voulait les comprendre et, pour ce faire, il lui faillait apprendre la langue. « Mais dans les années 1970, bien évidemment, mes parents ont préféré que j’étudie l’anglais et l’allemand », explique Alexa, « Ils ont donc calmé mes ardeurs, me disant que j’aurais le temps d’apprendre l’ukrainien plus tard… » 


Alexa Heinze - Enfance - Années 70
Alexa Heinze - Années 70 - Photo personnelle

L’anglais lui est en effet vraiment indispensable. Aujourd’hui, Alexa créée des documents dans cette langue pour l’entreprise au sein laquelle elle travaille et qui est spécialisée dans le transport international. La traduction fait donc partie intégrante de son métier. Mais elle n’a jamais oublié sa passion pour le chant ni son intérêt pour la langue ukrainienne. Il faut savoir également qu’elle écrit de la poésie. Mais ceci est une autre histoire… qui va vous être contée maintenant !

Un jour, Alexa a composé un poème à propos de l’océan. Elle souhaitait accompagner son texte d’une vidéo musicale appropriée pour compléter sa publication sur les réseaux sociaux. Elle s’est donc mise en quête du morceau idéal sur Internet. Et c’est en tapant « Océan » dans le moteur de recherche qu’elle a découvert un titre du groupe Ukrainien Okean Elzy. « Je suis tombée sur la chanson «Дівчина з іншого життя» - « La jeune fille d’une autre vie ». Ce fut un véritable coup de foudre musical… », reconnait Alexa. Elle a ensuite cherché à comprendre les paroles des chansons d’Okean Elzy mais n’a pu trouver de traductions en français. Il en existait seulement quelques-unes en anglais, mais Alexa avait le sentiment qu’elles ne reflétaient pas vraiment « l’âme » d’Okean Elzy. Elle a alors commencé à apprendre l’ukrainien. Elle a également pris quelques cours avec une enseignante, mais pour des raisons de santé, elle a dû cesser. « Mon meilleur ami est un dictionnaire de 5 kilos. », dit-elle, « J’écoute également la radio ukrainienne et je regarde des émissions de télévisions en ukrainien. Je ne comprends pas tout, mais je « devine » et je ressens ce qui se dit. » En plus de tout cela, Alexa traduit des textes de l’ukrainien vers le français. Pour elle-même, tout simplement. Pour le plaisir et pour progresser dans sa connaissance de la langue. Mais aussi parce qu’elle veut faire connaitre l’Ukraine aux Français. 

Tout ce qui vient d’être dit ne décrit toutefois pas encore parfaitement ce qu’il en est…


« Ma poétesse préférée est Lina Kostenko [4]. Je possède son livre «Триста поезій» - « Trois cent poèmes », confie avec admiration la Française. Cependant, traduire sa poésie est encore très difficile pour moi. Je ne maitrise pas suffisamment l’ukrainien. » Mais Alexa a déjà traduit une quarantaine de textes du leader du groupe Okean Elzy, Sviatoslav Vakarchuk [5]. L’ensemble de ces traductions a été publié sur son blog. « Au fur et à mesure de ce travail, je n’ai cessé de me demander comment il était possible que les chansons de Vakarchuk paraissent si proches de mon propre univers poétique. Vakarchuk et moi écrivons à propos des mêmes thèmes : l’amour, l’espoir, la musique… » Alexa a d’ailleurs édité un livret comprenant plusieurs de ces traductions. Vakarchuk est-il au courant ? Bien évidemment ! 

Ils ont d’abord été en contact via les réseaux sociaux, puis ils se sont rencontrés en personne. En 2017, après un concert à Paris, Alexa a offert à Vakarchuk un exemplaire du recueil des traductions de ses chansons. Et l’an dernier, le rêve d’Alexa est enfin devenu réalité : Elle s’est rendue en Ukraine, à Kiev, et a pu assister au concert de son « Océan… » préféré sur une scène Ukrainienne.

… Elle s’est rendue dans notre capitale à l’occasion de notre fête nationale, pour le Jour de l’Indépendance : « A mon arrivée, lorsque l’avion a survolé Kiev, j’ai pleuré de joie. Lors du défilé, j’ai pleuré en voyant ce jeune soldat se promenant main dans la main avec son amie. Ils avaient l’air tellement heureux ! J’ai pensé : Pour combien de temps le sont-il ? De quoi leur avenir sera-t-il fait ? Parce qu’il y a la guerre dans votre pays… J’ai pleuré en entendant chanter l’hymne ukrainien lors du concert d’Okean Elzy. Et j’ai à nouveau pleuré lorsque l’avion a décollé de l’aéroport de Kiev. » Alexa aimerait beaucoup revenir en Ukraine. Mais pour des raisons de santé, ce rêve semble inaccessible. Elle compare d’ailleurs son voyage à Kiev à l’ascension de l’Everest… Mais elle n’a de cesse de parler de notre pays aux Français, les étonnant par cette passion… dont l’objet est pour le moins inhabituel. 


Alexa Heinze - Vyshyvanka - Ukraine
Photographie personnelle

Cette histoire d’amour entre Alexa et notre pays peut, peut-être, nous paraitre surprenante à nous aussi, Ukrainiens. D’autant que ce n’est pas tout. Alexa a deux enfants : un fils, Thomas, et une fille… Oxana[6]. « Lorsque Oxana a eu 6 ans, elle m’a un jour demandé : ‘Maman, on dit que mon prénom n’est pas français. C’est vrai ?’ Alors je lui ai parlé de l’Ukraine. Oxana m’a alors dit qu’elle voulait apprendre elle aussi l’ukrainien… Maintenant, Oxana a 14 ans. C’est une adolescente qui a ses propres centres d’intérêt, et ils sont différents des miens. », explique Alexa.
Mais pourquoi donc le choix de ce prénom, Oxana ? A l’époque, Alexa et son compagnon aimaient beaucoup regarder le patinage artistique à la télévision et ils appréciaient particulièrement la championne olympique Oksana Bayul. Aussi, lorsqu’ils ont su qu’ils attendaient une petite fille, ils ont décidé de lui donner le prénom de cette talentueuse sportive qui a porté haut les couleurs de l’Ukraine.
Bien sûr, la jeune Oxana qui réside en Bourgogne sait tout de cette histoire… « Et le soir, lorsqu’elle va se coucher, elle me dit toujours «На добраніч!» - « Bonne nuit ! » Et quand elle voit quelque chose de bleu et jaune, elle pense à l’Ukraine ! »


Il y aurait encore beaucoup à dire à propos d’Alexa. Par exemple qu’elle a traduit en français la chanson traditionnelle en lemkovien [7] « Під облачком» - « A la fenêtre », qu’elle à créé un blog à propos d’Okean Elzy, qu’elle est l’administratrice de « Okean Elzy France » sur le web, qu’elle a davantage d’amis Ukrainiens que Français sur les réseaux sociaux, et qu’un jour quelqu’un lui a dit : « On dirait que ton âme se trouve ici, en Ukraine. » Alexa est persuadée que c’est effectivement le cas.



[1]  «Два кольори / Deux couleurs » est une chanson  très populaire en Ukraine. Elle fait désormais partie du patrimoine musical du pays. Le texte de ce titre a été écrit par le célèbre poète Dmytro Pavlychko.
[2] Je possède en effet une chaine sur YouTube : https://www.youtube.com/c/AlexaHeinze
[3] La vyshyvanka est la chemise brodée traditionnelle ukrainienne.
[4] Lina Kostenko, née en 1930, est sans doute la poétesse Ukrainienne contemporaine la plus célèbre. A travers des textes forts, elle parvient à  transmettre au lecteur sa vision du monde. Sa manière de décrire les émotions et les sentiments est unique.
[5] Leader du groupe rock le plus populaire d’Ukraine « Okean Elzy », auteur-compositeur-interprète, producteur musical, juré de l’émission « The Voice » Ukraine ; député ; Docteur en Physique, diplômé en Commerce International ; Citoyen d’Honneur de la ville de Lviv pour son implication dans la promotion de la langue et de la culture ukrainienne, polyglotte ouvert sur le monde… Il est difficile de résumer Sviatoslav Vakarchuk en quelques mots !
[6] Oxana… un prénom typiquement ukrainien, porté par de nombreuses femmes de tous âges dans son pays d’origine ! 
[7] «Под облачком / A la fenêtre » est une chanson traditionnelle en lemkovien (un dialecte proche de l’ukrainien, du russe, du slovaque et du polonais) qui est parlée dans les Carpates de l’extrême sud-est de la Pologne. Plus d’informations sur cette région par ici : https://sites.google.com/site/polognejadis/les-lemkos-lemkowie
Les chants traditionnels de cette région des Carpates font partie intégrante du patrimoine culturel ukrainien.

 Sur le même sujet : Alexa Heinze, Biographie

Commentaires

Articles les plus consultés

Merci de votre attention !

Droit à la Propriété Intellectuelle

Le contenu des pages de ce blog est protégé par les lois en vigueur sur la propriété intellectuelle. Merci de ne pas reproduire, représenter, transférer, distribuer ou enregistrer tout ou partie de ces éléments, sous quelque forme que ce soit, sans m'en informer au préalable.

En revanche, vous pouvez citer mes textes en en indiquant le nom de l'auteur et en ajoutant le lien vers l'article de votre choix. Merci !
AleXa